Pays du Perche : une autre façon de découvrir le Perche

Revue semestrielle de la Fédération des Amis du Perche, le magazine PAYS DU PERCHE vient de fêter ses douze ans et de sortir son 25ème numéro. Un magazine qualitatif avec des rubriques diversifiées (portrait, architecture, faune et flore, environnement…) ayant toutes pour objectif commun la promotion et la valorisation du Perche. Une façon différente de découvrir cette belle région.

PDP, un bon complément aux publications de la Fédération des Amis du Perche

Lorsque je suis arrivée dans le Perche il y a maintenant onze ans, j’ai découvert au rayon librairie de l’Abbaye de la Trappe, les tous premiers numéros de la revue Pays du Perche. D’emblée ce magazine sur le Perche m’a séduite. D’une part parce qu’il est très qualitatif tant au niveau des images que des articles, d’autre part parce que la ligne rédactionnelle a su évoluer avec son temps. Les sujets, nombreux et variés, ont en point commun le Perche, ce territoire que j’aime tant.

C’est en 2004, sous l’impulsion d’Alain Morin alors journaliste à l’Echo Républicain à Nogent-le-Rotrou, que la revue Pays du Perche a vu le jour. Rapidement, le magazine est devenu un excellent complément aux habituelles publications de la Fédération des Amis du Perche (livres et documents historiques, Cahiers Percherons, ouvrages sur le patrimoine et le territoire du Perche etc.). Les photos de Jean-Léo Dugast et David Commenchal, alors débutant, ont déjà largement leur place.

Les couvertures des premiers numeros de pdp

Les premiers numéros de Pays du Perche

Une nouvelle équipe rédactionnelle au service du Perche

Mais voilà. La revue n’est pas économiquement viable. Une refonte s’impose rapidement sous peine de voir Pays du Perche disparaitre. Sur les conseils de Nathalie Fey, journaliste et rédactrice en chef, et Frédéric Chehu, photographe spécialisé dans le domaine du cheval, une nouvelle équipe rédactionnelle est mise en place. Elle compte d’anciens journalistes et rédacteurs en chef de l’AFP, Libération, Nouvel Observateur, Cheval Magazine… mais pas seulement. Des écrivains, historiens, photographes et des collaborateurs réguliers ou épisodiques sont les bienvenus. Ils sont tous bénévoles et acceptent sans hésiter de prêter leur plume ou leur objectif à la défense et la mise en valeur du Perche.

les photos de pdp

Les couvertures du magazine Pays du Perche

Problèmes environnementaux et fissures sociétales dans le Perche

Qu’en est-il douze ans après la sortie du Numéro 1, en juin 2004 ? L’équilibre financier est atteint et permet une rémunération des collaborateurs (modeste certes mais qui fait tout de même plaisir). La distribution, longtemps fragile, est désormais sous contrôle (on trouve Pays du Perche dans une centaine de points de vente). Le tirage se situe entre 2 200 et 5 000 exemplaires, selon les numéros. Trois numéros par an dont un hors-série. La conduite éditoriale, toujours axée sur la valorisation du patrimoine historique, architectural et humain, se tourne régulièrement sur les problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés.

Protection de notre terre, de nos forêts, de nos haies (véritable patrimoine de l’Orne) et de nos chemins, autant de sujets délicats qui créent des tensions et des fissures sociétales. Sensible aux mutations économiques et à ses impacts humains et environnementaux, Pays du Perche milite pour des valeurs humaines et nous aide à réfléchir à des alternatives, trouver des solutions de paix et de progrès. L’objectif, vous l’aurez compris, étant de respecter ensemble notre territoire du Perche, lui conserver son intégrité et son identité.

Dans le numéro 25, vous pourrez retrouver mes quatre coups de cœur du semestre :

Le meilleur moyen de recevoir ou de compléter votre collection de PAYS DU PERCHE reste l’abonnement. Vous trouverez tous les détails sur le site de la Fédération des Amis du Perche.

hors series du magazine pays du perche

Une fois par an, les hors séries du Pays du Perche approfondissent un sujet en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *